Scoop ! Les vaches mangent toujours de l'herbe

Et oui... Contrairement aux idées reçues, l’herbe de nos prairies constitue la majeure partie de l’alimentation des vaches et autres herbivores. Ces étendues verdoyantes peuvent nous sembler bien anodines, et pourtant...

Pas d'animaux sans prairies...

L’herbe représente 80 % des fourrages produits pour nourrir les ruminants. Pâturée sur place, ou fauchée et consommée plus tard sous forme de foin, elle tient donc une place prépondérante dans l'alimentation des animaux d'élevage. Pour se représenter l'étendue occupée par les surfaces en herbe de notre pays, il faut imaginer une prairie grande comme une vingtaine de départements ! Pour les adeptes de chiffres précis, cela correspond à 13 millions d’hectares, soit 23% de la surface de la France.

Coup de pouce à la pousse

L'herbe ne pousse pas forcément toute seule. Actuellement, sur les 13 millions d’hectares de prairies en France, 10 sont constitués de prairies permanentes et 3 de prairies semées. Ces dernières assurent à elles seules plus d’un tiers de la production d’herbe. Compte tenu de l’importance de l’herbe dans l’alimentation des animaux, les prairies semées ont une importance stratégique. Les espèces implantées sont choisies pour être parfaitement adaptées aux usages (pâture et / ou fauche) et aux contraintes du milieu. Grâce à la sélection de nouvelles variétés, la palette des semences fourragères disponibles s'étoffe d'année en année, avec des plantes qui résistent mieux à des épisodes de sécheresse par exemple. Retour sur la sécheresse de 2003... Particulièrement virulente sur les prairies, elle a conduit à une pénurie d'herbe. De nombreux éleveurs ont alors été obligés d'acheter de la paille, beaucoup moins riche que l'herbe fraîche ou le foin, pour nourrir leurs animaux. Plusieurs conseils régionaux et généraux ont financé des ressemis de prairies pour préserver la pérennité des élevages.

Pas de prairies sans animaux !

Chaque fois que l'on aperçoit une prairie en bordure de route, d’autoroute ou au coeur de la campagne, on peut être sûr qu'il y a des animaux d'élevage pas loin... Car les prairies sont le résultat de la consommation des plantes (les graminées) par des herbivores comme les vaches. Sans herbivores, arbustes et plantes ligneuses s’installent et finissent par coloniser l’espace. Le milieu se ferme avant de devenir forêt. Pas de grandes prairies dans l’ouest américain sans troupeaux de bisons, pas de savanes sans buffles, pas d’alpages sans tarentaises...
Chargement en cours...

Prairies variées pour animaux gourmands

En matière d'herbe, nos animaux ont le choix. Suivez Pierre Bourdon dans ses explications. Extrait des journées Biodiversité Gnis 2008. © Metaphore production.

23% de la surface de la France est consacrée à la production d'herbe pour l'alimentation des animaux d'élevage. Mais qui sont exactement ces sympathiques herbivores ? Eh bien l'on compte :

  • 18 millions de bovins (vaches, boeufs...)
  • 8 millions d'ovins (moutons...)
  • 1,2 million de caprins (chèvres...)
  • sans oublier plus de 400.000 chevaux.
En dehors de l'herbe des prairies, le fourrage pour les animaux est essentiellement constitué d'ensilage de maïs, cultivé sur 1,4 million d’hectares, auquel s’ajoutent des crucifères fourragères (choux, colza) et de la betterave fourragère dans des proportions beaucoup plus faibles.
LG
MD
SM