1845, un parasite provoque la famine en Irlande. Et aujourd'hui ?

Plants de pommes de terre
1845 est une date clé dans l'histoire de l'Irlande. Des champs entiers de pomme de terre sont décimés par le mildiou, un champignon parasite qui ne fait pas dans la nuance. Famine, maladies, exodes, en quelques années la population irlandaise diminue de plus d'un million de personnes. C'était il y a 160 ans... Aujourd'hui ce genre de tragédie semble inimaginable, du moins en Europe. Pourtant les parasites, virus, nématodes, gales, mildiou ou autres n'ont pas disparu de la surface de la terre !

Quand les pommes de terre entrent en résistance

Une visite dans un établissement de sélection donne les premiers éléments pour comprendre ce qui a évolué depuis cette triste époque. Les sélectionneurs croisent entre elles des centaines de variétés, sauvages ou cultivées jusqu'à obtenir des pommes de terre naturellement résistantes aux parasites. La diversité ainsi créée leur permet également d'avoir sous la main une solution lorsque de nouvelles souches de parasites apparaissent.

Seuls les élus sont vendus

Pour cultiver un champ de pommes de terre, il faut y installer des plants. La production même des plants de pomme de terre répond à des règles très strictes, pour que les agriculteurs et les jardiniers aient des cultures saines et des rendements réguliers : champ isolé, n'ayant pas été utilisé pour produire des pommes de terre depuis au moins 3 années, étude de la terre pour attester de l'absence de nématodes, nombreux contrôles en cours de culture, désinfection des locaux de stockage... Si les plants de pomme de terre passent avec succès ces multiples tests, ils accèdent au statut de plants certifiés. Ce sont les seuls dont la commercialisation soit autorisée. Une étiquette bleue atteste que toutes les règles officielles de production ont été respectées. Un passeport qualité pour nos jardins !

Pour notre plus grand plaisir

Aujourd’hui la pomme de terre n'est plus la seule plante pour assurer la sécurité alimentaire. Mais grâce aux nombreuses variétés disponibles, son pouvoir de séduction reste exceptionnel. Ses fans ? Les jardiniers, les cuisiniers et même… les diététiciens !
Chargement en cours...

Les maladies de la pomme de terre ont longtemps été un fléau

Intervention de Michel Chauvet, Ethnobotaniste à l'INRA - Extrait du colloque Semences & Biodiversité. © Gnis 2003

Chargement en cours...

Si la pomme de terre constituait l'essentiel de notre alimentation, une famine serait-elle encore possible aujourd'hui ?

Interview de M. Quillet, Président de la section Plants de pomme de terre du Gnis - Métaphore production - 2008

Originaire de la Cordillère des Andes, la pomme de terre est un féculent récent à l'échelle de notre alimentation européenne.

De bonne conservation, à l’époque des conquistadores, elle permet aux équipages des navires espagnols de se nourrir pendant la traversée… et de rejoindre ainsi la vieille Europe.

A la fin du XVIIIe siècle, la pomme de terre devient la principale production agricole d’Allemagne, et se répand en Autriche, Suisse, France, Grande Bretagne, Irlande, Suède et toutes les régions situées à l’Est de la France. Elle permet d’endiguer les fréquentes famines liées aux mauvaises récoltes de blé.

Pour les variétés de pommes de terre, les attentes sont nombreuses et diverses entre les agriculteurs, les jardiniers, les industriels de la transformation et les consommateurs. Ainsi, les sélectionneurs rêvent de variétés aux formes régulières, adaptées aux différentes préparations culinaires, productives, résistantes aux maladies et aux parasites, adaptées aux sols, aux climats, aux techniques culturales. Mais ils imaginent également des variétés spécifiques pour la production de chips, de frites, de fécule... Pour cela, ils choisissent des plantes complémentaires parmi des collections de 3.500 variétés existantes, sauvages ou cultivées, et les croisent pour associer les caractères intéressants dans une nouvelle variété. Chaque fois, c'est une grande aventure qui va durer au moins 10 ans !
LG
MD
SM