Mieux polliniser les parcelles de production des semences

Crédit ANAMSO JC Conjeaud
Depuis plusieurs années, les filières semencières et apicoles travaillent à renforcer les relations entre leurs deux métiers. Dernier outil en date, Beewapi.com, plateforme informatique d’échanges prometteuse.

L’apiculture et l’agriculture se fécondent

Les abeilles sont déterminantes pour les productions d’oléagineux (colza, tournesol, etc.), en particulier en multiplication de semences, où la qualité et la quantité des graines sont primordiales. Les insectes pollinisateurs participent à la fécondation de ces plantes, c'est-à-dire au transfert de pollen depuis les plantes mâles vers les plantes femelles. L’apiculture et la multiplication des semences oléagineuses sont étroitement liées puisque la pollinisation par les abeilles assure la reproduction et la formation des graines. La profession agricole a pris très tôt conscience de l’importance du rôle joué par les abeilles domestiques dans la pollinisation des productions de semences de colza et de tournesol.

Travailler bien et ensemble

Les métiers d’apiculteur-pollinisateur et d’agriculteur-multiplicateur de semences oléagineuses requièrent chacun une grande technicité. Les premiers sont concentrés sur les colonies d’abeilles, qui doivent être de bonne qualité et « prêtes » au début de la floraison. Les seconds doivent s’assurer que les stades de floraison sont simultanés entre deux lignées sur une même parcelle, afin d’optimiser la future production de semences. Ensemble, ils doivent être en particulier vigilants sur ces principaux points : le nombre de colonies par hectare de culture, la disposition des ruches dans les parcelles, le calendrier d’apport et de retrait des colonies, la conduite de la culture concernant toutes les opérations susceptibles d’affecter les abeilles et la pollinisation (traitements, irrigation, etc.). Ces éléments sont à la base du tarif de location des colonies et la signature d’un éventuel contrat de pollinisation.

Un site de rencontres entre apiculteurs et producteurs de semences

La pollinisation par les abeilles est l'un des facteurs de réussite de nombreuses productions agricoles, particulièrement la multiplication de semences oléagineuses. Les agriculteurs souhaitent que leurs besoins de pollinisation puissent être couverts par une offre de ruches de qualité. Les apiculteurs veulent connaître précocement les besoins en ruches des agriculteurs pour préparer les colonies. Pour faciliter la rencontre entre l’offre et la demande, les organisations professionnelles des semences (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants, Association Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de Semences Oléagineuses, et Union Française des Semenciers) en partenariat avec l'ITSAP (Institut de l'abeille) ont élaboré, parmi d’autres actions, une plate-forme informatique de mise en relation directe entre apiculteurs-pollinisateurs et agriculteurs-multiplicateurs. D’après une enquête réalisée en 2010 par le Gnis, plus des deux tiers des multiplicateurs et apiculteurs interrogés étaient intéressés par cet outil. Sources : ANAMSO, Institut de l’Abeille, Beewapi.com, Colloque « Abeilles & Pollinisation en production d’oléagineux » à Mercurol en novembre 2011.
Les agriculteurs sont soumis à des contraintes qui peuvent avoir un impact sur la filière apicole et la préservation des populations d’insectes, en particulier les abeilles sauvages et domestiques. Une protection chimique des cultures (insecticides) mal conduite pourrait affecter en effet les abeilles. Le rapprochement des deux métiers permet de mieux comprendre les contraintes et les attentes de chacun, de réfléchir collectivement à des solutions.
Les insectes pollinisateurs, en particulier les abeilles sauvages (2.500 espèces d’abeilles en Europe et 20.000 dans le monde) et l’abeille domestique Apis mellifera sont connus pour leur participation essentielle à la pollinisation de certains végétaux, dits « entomophiles ». Plus de 70 % des cultures (fruitiers, légumes, oléagineux, protéagineux, etc, soit 35 % de notre tonnage alimentaire) dépendent d'une pollinisation animale. Les pollinisateurs sont des espèces dont la présence et la diversité sont essentielles au maintien de la richesse de nos écosystèmes. Les insectes pollinisateurs appartiennent à quatre classes : hyménoptères (dont les abeilles), diptères, coléoptères et lépidoptères.
La pollinisation est le mode de reproduction sexuée des plantes à graines. Celles-ci regroupent à la fois les angiospermes (plantes à fleurs), pour qui la graine est enveloppée dans le fruit (tomate, rosier, carotte, colza...) et les gymnospermes, dont les graines sont « à nu » (épicea, ginkgo biloba...). Les angiospermes représentent 70% des végétaux connus dans le monde. La plupart des gymnospermes bénéficient d'une pollinisation par le vent alors que les angiospermes font majoritairement appel aux animaux (principalement les insectes).
LG
MD
SM