Pommes de terre et petits jardins

Les jardiniers pensent souvent que la culture des pommes de terre n'est pas adaptée aux potagers de petite taille. Pourtant, en suivant quelques conseils simples et pratiques, il est possible de faire pousser ces délicieux tubercules, et de régaler toute la famille avec des pommes de terre vraiment maison !

Le haut du panier

Dans le cas d'un petit jardin, il est préférable de cultiver des variétés que l'on ne trouve pas habituellement sur les marchés. Le mieux est de choisir des variétés ''haut de gamme'' ayant une chair ferme et un goût bien différencié. Ces pommes de terre ne s'écrasent pas à la cuisson et sont particulièrement délicieuses en robe des champs, en salade ou sautées.

Les bons côtés des variétés précoces

Choisir des variétés très précoces ou précoces permet d'atteindre rapidement la récolte. Ces variétés ont un cycle court : entre 70 et 90 jours. En les plantant en mars, on peut les récolter très tôt, dès fin mai début juin. Premier avantage : cela permet de libérer le terrain pour réaliser les semis d'été de légumes. Par ailleurs, ces variétés réussissent bien en culture primeur, c'est-à-dire récoltées avant la pleine maturité. Elles donnent alors un grand nombre de petits tubercules, délicieux et fondants lorsqu'on les fait dorer à la poêle.

Petits conditionnements : c'est pratique !

Il existe des plants en petits conditionnements : 10, 25 et 60 plants et 0,5 kg. C'est idéal pour les jardins de taille réduite, car il faut prévoir en moyenne 15 à 20 tubercules pour planter 5 m2. Ces plants sont vendus germés ou non germés. Les plants germés sont prêts à l'emploi et pleins de vigueur au départ. Aussitôt mis en terre, ils démarrent rapidement, ce qui permet une récolte plus précoce. Les plants non germés nécessitent quant à eux une mise en germination avant plantation. Concrètement, il s'agit de les mettre les yeux vers le haut, à la lumière, à une température modérée (5-7°C) pendant 4 à 5 semaines environ. Dans tous les cas, plants germés ou non, il ne faut surtout pas se précipiter pour la plantation. Il faut attendre que le sol ne soit plus trop humide et suffisamment réchauffé (plus de 8°C) et que les risques de fortes gelées soient passés.
Chargement en cours...

Pommes de terre : conseils de plantation

Du travail du sol au buttage, enquête au coeur du Potager du Roi à Versailles... Sur les traces de Parmentier (extrait), ©Métaphore Production, 2011

Tous les plants de pommes de terre commercialisés doivent être certifiés. Ils sont reconnaissables grâce à une étiquette de couleur bleue. Il existe en effet un règlement technique de la production, du contrôle et de la certification de ces plants, qui prévoit des normes sanitaires rigoureuses. Au-delà des maladies, comme celles dues à des virus par exemple, une grande attention est portée aux parasites potentiels pouvant être présents sur les plants de pomme de terre. Parmi eux, 5 font l'objet d'une surveillance toute particulière. Ils sont regroupés sous l'appellation de parasites de quarantaine. Leur absence est garantie par un ''passeport phytosanitaire''. Ces précautions sont essentielles pour que tous les jardiniers disposent de plants qui permettent de réussir la culture des pommes de terre et évitent d'introduire ces maladies dans le jardin et les cultures avoisinantes.
Les qualités nutritionnelles de la pomme de terre sont de plus en plus reconnues et les diététiciens ont une affection particulière pour ce légume. En effet, la pomme de terre constitue l'une des meilleures sources d'énergie par les sucres lents qu'elle possède. De plus, elle contient de très nombreux éléments minéraux (potassium, fer, magnésium,...), des acides aminés essentiels et des vitamines, indispensables au bon fonctionnement de l'organisme. A la récolte, elle est particulièrement riche en vitamine C et bien pourvue en vitamines du groupe B.
LG
MD
SM