Lavande et lavandin, entre tradition et innovation

Symbole de la Provence, les champs bleus -couleur lavande- ont retrouvé toutes leurs lettres de noblesse grâce à des producteurs engagés et à une filière dynamique. Autrefois cueillis, désormais cultivés, lavande et lavandin constituent une production de qualité, très recherchée en cosmétique, en pharmacologie, et même en parfumerie industrielle. 

Champ de lavande © Gnis-Philippe Roux

Lavande et lavandin : une même plante ?

Pas tout à fait ! Le lavandin est de couleur uniforme avec de grosses touffes régulières, tandis qu’un champ de lavande offre des dégradés de bleu-violet et des tiges fines qui peuvent être cueillies à la main.
En fait, ce sont deux espèces différentes. Le lavandin est un hybride naturel issu d’un croisement entre deux lavandes, particulièrement vigoureux. Il est plus productif que la lavande « vraie » et est désormais majoritaire en France : 20 000 hectares de lavandin contre 5 000 hectares de lavande. Lavande et lavandin poussent sur des sols arides et entrent donc peu en compétition avec les grandes cultures. 

Un « or bleu » destiné au marché des huiles essentielles

Le lavandin dégage un parfum plus fort que la lavande mais aussi plus camphré. Il est couramment utilisé dans l’industrie pour les produits d’entretien, d’hygiène et de beauté ainsi que pour la fabrication de bougies parfumées et les désodorisants d’ambiance ou encore les lessives. La lavande a un parfum plus floral et subtil, et comme elle est moins productive et donc plus chère, elle est davantage utilisée en parfumerie, pharmacie ou aromathérapie. La lavande française est, par exemple, utilisée par les plus grands parfumeurs !

Des agriculteurs qui cultivent et qui distillent

Essentiellement installés en région Sud (PACA) et Auvergne-Rhône-Alpes, les producteurs de lavande ont su s’adapter à la concurrence et développer des huiles essentielles de qualité : 12% d’entre elles sous label Bio !
Là où un hectare de lavande fine produit environ 20 kg d’huiles essentielles, un hectare de lavandin en produit près de 70 kg. D’où des prix différenciés, avec une stabilité pour la lavande fine autour de 100 à 150 euros le kilogramme, et un prix plus fluctuant pour le lavandin : entre 30 et 40 euros le kilogramme d’huile essentielle. On constate globalement une hausse de production en France, avec une augmentation de 40 % des surfaces en 10 ans. Néanmoins, si la France a une tradition de cultures de lavande et lavandin, elle a perdu son titre de premier producteur pour la Bulgarie qui est devenue le leader mondial d’huiles essentielles en tonnage. Les lavandiculteurs constatent aussi la profusion de produits "made in China" à base de lavande (parfums, arômes, huiles essentielles…), réalisés avec des produits de synthèse, qui peuvent induire le consommateur en erreur. 
 

Des lavandiculteurs organisés pour défendre la filière française

En France, on compte 1300 exploitations et 150 unités de distillations. L’interprofession, le CIHEF, le Comité interprofessionnel des huiles essentielles française, participe activement à la structuration de la filière face à la concurrence, mais aussi aux réglementations sur les utilisations et l’étiquetage des huiles essentielles au niveau européen et français pour se distinguer de marchés comme celui de la Chine.

Être à la pointe de l’innovation

La lavande fine est de nouveau à la mode, et permet aux producteurs de proposer des huiles de très haute qualité, recherchées pour des usages à haute valeur ajoutée comme le parfum. La culture de lavandin permet de son côté de répondre à des marchés mondiaux plus diversifiés. 
En majorité, les producteurs ont adopté des pratiques d’agriculture durable (avec plus de 10% de produits sous label Bio mais aussi sous divers labels de qualité et d’origine). Ils valorisent désormais les co-produits de leurs cultures et s’associent avec des apiculteurs pour du miel local de qualité. Les innovations en mécanisation et en techniques de distillation ont aussi permis à la filière de monter en gamme.
 

Une recherche dynamique de variétés les mieux adaptées

Mais, même si la culture de lavande est naturellement résistante à de nombreux parasites et à la sécheresse, elle nécessite cependant un vrai travail de sélection variétale. Cela a permis, par exemple, de préserver les productions qui ont été touchées ces dernières années par une bactérie véhiculée par une petite cigale (Phytoplasme du Stolbur) mais aussi par la pyrale du buis. Ces attaques nécessitent de mettre en place des normes sanitaires strictes et de proposer aux lavandiculteurs de nouvelles variétés plus rustiques et plus résistantes, associées à de nouvelles pratiques culturales et de distillation.

Un intérêt grandissant des Français pour le naturel et le bien être

Actuellement, lavande, lavandin et sauge représentent la majeure partie de la production des huiles essentielles en France (28 000 hectares), devançant les productions de plantes aromatiques (6 000 hectares) ou médicinales (19 000 hectares). 

La croissance continue du marché s’explique par l’intérêt grandissant des consommateurs du monde entier pour le bien-être, la nature, et l’engouement pour les produits biologiques et les méthodes de soin traditionnelles. Les industriels se tournent donc de plus en plus vers les huiles essentielles pour parfumer leurs produits. 80% de la production française de lavandin est ainsi exportée vers l’Europe, les Etats-Unis ou l’Asie, véhiculant ainsi une belle image intemporelle de la France…

Marie Rigouzzo

Parmi les usages de la lavande, il en est un que les parents de jeunes enfants connaissent ou utilisent…en effet, les huiles essentielles de lavande sont efficaces contre les poux grâce au linalol qui les compose (environ 35%). Le linalol présente en effet une activité parasiticide majeure, c’est-à-dire qu’il peut tuer les poux via un contact direct.  Certaines huiles essentielles de lavandin ont la bonne concentration (autour de 5%) pour agir efficacement.

LG
MD
SM